Gestion du changement – une personne suffit

La gestion du changement est souvent une des tâches les plus difficiles qu’un manager ou un professionnel RH ait à gérer en particulier lorsque le changement consiste à changer non l’organisation mais les méthodes de travail des salariés. Le « pourquoi je changerais ? » ou le sacro-saint  » on a toujours fait comme ça » sont souvent des forteresses difficiles à faire tomber. Je me suis rendu compte que, pour parfois changer les habitudes ou faire entrer dans les moeurs de la société une nouvelle politique, il suffit d’une personne.

ob_ad62da_keep-calm-and-shift-happens-2

« Shift happens » un message utilisé par IBM dans sa communication interne au milieu des années 2000 pour sensibiliser son personnel sur la nécessité de changer »

Le contexte : en 2007, mon entreprise, dans le cadre de son rapport égalité hommes/femmes, décide de mettre en place une mesure pour favoriser l’accès à la formation et aux déplacements professionnels des jeunes femmes cadres ou agents de maitrise. Elle s’engage à rembourser 80€ par jour de frais de garde d’enfants causés par une formation ou un déplacement professionnel. La mesure n’est pas réservée aux femmes au sens où les salariés hommes peuvent tout aussi bien demander à en bénéficier. Mais cette mesure vise clairement les salariées qui, dans notre expérience, étaient parfois réticentes à se déplacer ou à se former parce qu’elles devaient assumer le rôle d’aller chercher les enfants à l’école (que le père ne souhaite/peut souvent malheureusement dans notre société pas prendre en charge).

Résultat : pendant 4 ans, personne n’a demandé à en bénéficier. Nous avons pourtant communiqué sur cette mesure de bien des façons : dans les comptes rendus de CE disponibles à l’ensemble du personnel, dans l’accord égalité hommes/femmes ou même dans des brochures que nous remettions à toutes les salariées enceintes. Puis en 2012 soudain presque 30 salariés se sont mis à utiliser cette mesure. Qu’est ce qui explique que pendant 4 ans il ne soit rien passé puis que quelques mois plus tard cette mesure se trouve adoptée comme si elle avait toujours été là ?

C’est très simple : en 2011, j’ai eu une salariée dans mon bureau venue se plaindre de déplacements professionnels de plus en plus nombreux . Inutile de vous dire que j’ai été ravi de lui parler de notre mesure jamais utilisée en 4 ans. Elle a trouvé cela intéressant et quelque mois plus tard cette mesure était rentrée dans les habitudes.

Cette expérience illustre bien comment se produit le changement de comportement : pas comme une entreprise massive et globale à coup de formations et de séminaires mais comme un épidémie exactement comme le décrit Malcolm Gladwell dans son livre le Point de Bascule. J’ai convaincu une personne, qui en a parlé à deux autres, qui en ont parlé à quatre autres, etc. 5 minutes de discussion en face à face ont été plus efficaces que 4 ans de communication corporate dans tous les sens…

Conclusion : Dans notre gestion du changement, nous agissons souvent de façon globale et militaire : réunion avec l’ensemble du personnel pour informer sur les changements, puis formation massive et systématique sur la nouvelle façon de faire. Mais tout cela s’avère parfois moins efficace que de convaincre la bonne personne, celle qui en parlera autour d’elle et convaincra deux autres de ses collègues…

ob_6cc6d1_changement-001

Le changement se propage souvent comme une épidémie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *